Une tâche plus ardue

 Photo de Michaël Proulx.

Anne Blondin | Parlons Junior

ROUYN-NORANDA- LHJMQ | Les Huskies ont remporté de peine et de misère une rencontre sur les deux prévues cette fin de semaine à Rouyn-Noranda. La meute avait-elle sous-estimé son adversaire ou est-elle à bout de souffle? Les trois rencontres à Halifax le diront.

 

Les Huskies ont commencé très lentement leur série les opposant aux Mooseheads de Halifax. Lors de la première rencontre, les Néo-Écossais l’ont emporté par le compte de 5 à 4. Les hommes d’André Tourigny ont joué avec intensité tout au long de la rencontre et ont contré les percées offensives des Huskies.

 

Bien que les Huskies aient effectué 45 lancers en direction d’Alexis Gravel, il aura fallu une double supériorité numérique en fin de troisième période pour que les Huskies amorcent une remontée. Sans cette opportunité, les hommes de Gilles Bouchard n’auraient pas terminé la rencontre à un seul point d’écart. Les Huskies ont également eu de la difficulté à gérer leurs émotions. En début de rencontre, ils semblaient amorphes.

 

L’entraîneur de la meute n’était pas du tout satisfait de la façon de se comporter de ses joueurs. « C’est entièrement de notre faute, a-t-il affirmé en point de presse. Nous avons subi plusieurs revirements, nous avons mal géré notre temps de possession de la rondelle et nous avons donné trop de chances de qualité à nos adversaires. Nous avions ciblé des occasions à éviter et les Mooseheads ont marqué sur ce type de jeu. Ils sont allumés offensivement et dès que nous faisons un mauvais choix, ils en profitent. »

 

Au cours de la rencontre, Lane Cormier a été expulsé de la rencontre en raison d’une mise en échec à la tête. Le lundi 27 mars, la sentence est tombée : il est suspendu pour trois rencontres. Puisqu’il avait déjà purgé une rencontre de suspension, il ratera les deux premières parties à Halifax. C’est également au cours de la rencontre de vendredi que les Huskies ont perdu les services du vétéran Antoine Waked. Gilles Bouchard a confirmé qu’il ne serait pas de retour pour la série.

 

Les Huskies ont trouvé la façon de l’emporter en prolongation le lendemain. « Les joueurs ont joué avec plus de détermination et de concentration, a expliqué Gilles Bouchard. On a eu droit à un vrai match de séries. L’équipe de Halifax a démontré une fois de plus qu’elle allait compétitionner à chaque rencontre. Les gens nous voyaient gagner en quatre, mais il faut aussi regarder l’équipe contre qui tu joues. Il faut respecter l’adversaire et c’est ce que l’on fait. C’est une victoire importante pour nous parce que nous devions rebondir. »

 

L’attente a été très longue avant que la formation rouynorandienne n’obtienne la confirmation qu’elle avait marquée en temps supplémentaire. « J’étais déjà rendu au vestiaire, a lancé à la blague Gilles Bouchard. Les officiels voulaient s’assurer qu’il n’y avait pas de situation de hors-jeu sur la séquence. »

 Photo de Michaël Proulx.

Halifax en bonne posture

Contrairement aux Huskies, les joueurs de Halifax ont commencé la série avec beaucoup d’ardeur et d’émotions. « Notre gardien a été sensationnel, a indiqué André Tourigny. Il a fait la différence dans la rencontre. Même si nous arrivons en tant que négligés, nous avons notre propre pression et notre fierté. »

 

La fin de saison a été difficile pour la formation d’André Tourigny. « Depuis les deux derniers mois, on joue contre des équipes comme Rouyn-Noranda, Charlottetown, Saint John et Bathurst. On se bat tous les soirs et c’est ce que nous avons fait ce soir. On a réussi à mener et à aller chercher une grosse victoire. Je suis fier de la façon dont mes joueurs se sont battus, mais je sais aussi qu’on est loin de la coupe aux lèvres. »

 

En fin de rencontre, Tourigny aurait pu demander son temps d’arrêt, mais il ne l’a pas fait. « Je voyais que les joueurs des Huskies étaient fatigués et j’ai pris la chance de jouer contre eux. En séries, un joueur fatigué risque de faire plus d’erreurs mentalement et nous avons essayé de capitaliser là-dessus. Personne ne croyait que nous allions en remporter une dans cette série et nous l’avons fait ce soir. Nous allons prendre un match à la fois. »

 

La deuxième rencontre a été un peu plus difficile pour l’équipe de Halifax. La troupe de Tourigny a semblé manquer d’énergie en temps supplémentaire. « Mes joueurs se sont défendus avec acharnement et passion, a-t-il dit. C’est le fun de voir comment on se bat. Les Huskies ont de l’expérience, c’est vrai et ils ne sont pas parmi les meilleurs de la ligue pour rien. Ce qui a fait la différence ce soir, c’est le fait qu’ils en ont marqué un de plus que nous. »

 

Le fait d’aller à Halifax pour les trois prochaines rencontres peut être perçu comme un avantage pour les Mooseheads. « Ça devient un trois de cinq et nous avons l’avantage de la glace, a-t-il admis. Si tu m’avais dit la semaine dernière que nous irions chercher une victoire à Rouyn-Noranda, je ne t’aurais pas cru. J’ai aimé la façon de jouer défensivement de mes joueurs. On n’a peut-être pas le même style de jeu et l’on met moins de rondelles au filet, mais nous avons créé nos opportunités de marquer. »

 

Les Huskies et les Mooseheads s’affrontent mardi, mercredi et vendredi à Halifax.

 Photo de Michaël Proulx.

© 2010 - Présent, ParlonsJunior.Com