« J’ai un peu honte » - Mathieu Ayotte

 Photo de Parlonsjunior.com.

Michaël Proulx |@michaelproulxpj  Parlons Junior

QUÉBEC – LHJMQ | Mathieu Ayotte n’est pas revenu de Bathurst avec le sourire et ce n’est pas seulement parce que les Remparts sont revenus les mains vides, c’est plutôt parce qu’il doit vivre avec l’un des pires sentiments existants, celui de la honte. Le numéro 15 s’explique bien mal ses deux performances au Centre régional KC Irving.

 

Lors des deux joutes, Ayotte a dirigé sept tirs au but, mais un seul fut considéré comme étant dangereux. Qui plus est, il est également dans le moins avec une fiche de + /- moins 3. « J’ai un peu honte de mes deux premières parties que j’ai jouées, a-t-il avoué au terme d’un entraînement au Centre Vidéotron. Il faut que j’oublie ça, on est en séries, ce n’est pas le moment de s’apitoyer sur mon sort et je dois me concentrer sur le match de demain, c’est le plus important. Peut-être que j’étais stressé, car c’est ma dernière saison. »

 

C’est également une semaine importante dans la vie du jeune homme de 20 ans, car justement, c’est possiblement sa dernière semaine dans sa carrière junior qui dure depuis cinq ans, le tout en considérant que les Remparts sont en retard 0-2 dans leur série face au Titan. « C’est une semaine un peu émotive, si ça se termine, ce sera la fin de ma carrière junior, mais je dois me concentrer sur demain », répète-t-il.

 Photo de Parlonsjunior.com.

Débuter «tempête» et ne pas voir trop loin

Même de retour bredouille, les Remparts peuvent bâtir sur la seconde joute alors que l’égalité persistait avec 12 minutes à jouer à la partie. Le natif de Saint-Bruno sait que ce ne sera pas du gâteau demain soir, mais il croit bien que tout est possible en y allant une période à la fois, un cliché dont on abuse souvent dans le monde du hockey, mais qui est combien vrai. « Faut commencer tempête pour que l’autre équipe se dise que nous sommes ici pour jouer au hockey. »

 

Dans l’édition d’aujourd’hui du Soleil, l’entraîneur-chef des Diables rouges faisait état qu’il était agacé par le fait que ses joueurs de centre n’ont gagné que 30% des mises en jeu. Conséquence, tout le monde court après la « tite nouere » et on pourrait imaginer quelqu’un la tirant avec une ficelle pour essouffler encore plus son poursuivant.   Le vétéran de 20 ans est également du même avis. « Quand tu ne pars pas avec la rondelle, tu cours après, il faut améliorer cette facette (mises en jeu), mais il faut aussi lancer plus souvent au filet (39 lancers en deux parties).   C’est une bonne équipe (le Titan), tu vois qu’ils sont présents et jouent du bon hockey, mais on est capable nous aussi. Il faut le démontrer. »

 

Parlant de Boucher père, il semble bien qu’il ne se soit pas fait prier pour mentionner à celui qu’il avait acquis des Tigres lors de la dernière période des transactions, qu’il n’était pas heureux de sa façon de jouer. « Je le savais même avant qu’il m’en parle, je le savais même durant la rencontre, tu le sais en dedans de toi quand tu ne joues pas bien, a-t-il dit. C’est quand même son rôle de me le dire également.  »

 

Ayotte ne souhaite certainement pas terminer sa saison de la même façon que la dernière alors qu’il avait dû regarder ses coéquipiers des Tigres baisser pavillon devant les Wildcats alors qu’il était assis les bras croisés dans les estrades, étant sur le coup d’une suspension de deux matchs. « Il y a toujours de l’espoir, ce n’est jamais fini. Chacun doit faire son travail et si chacun le fait, de bonnes choses vont arriver en tant qu’équipe. »

 

La troisième rencontre aura lieu demain soir au Centre Vidéotron.  

 Photo de Parlonsjunior.com.

Crédit photos: Michaël Proulx | Parlons Junior

© 2010 - Présent, ParlonsJunior.Com